:’-( Vous y étiez presque...

Un monument fictif est représenté sur chacune des coupures en euros. Plusieurs styles architecturaux qui ont marqué l’histoire de l’Europe sont ainsi passés en revue : l’architecture grecque et romaine sur les billets de 5 euros, l’architecture romane sur les billets de 10 euros, l’architecture gothique sur les billets de 20 euros, l’architecture de la Renaissance sur les billets de 50 euros, les architectures baroque et rococo sur les billets de 100 euros, l’architecture « verre et acier » du XIXe siècle sur les billets de 200 euros et l’architecture moderne du XXe siècle sur les billets de 500 euros.

L’idée de ces représentations vient de Robert Kalina, un graphiste autrichien qui avait remporté le concours organisé en 1996 pour imaginer la première série de billets mise en circulation en 2002. La représentation de ces courants architecturaux est toujours l’élément principal des nouveaux billets mis en circulation à partir de 2013, légèrement remodelés par un graphiste berlinois, Reinhold Gerstetter.

« Au recto des billets en euros des deux séries, on peut voir des fenêtres et des portails symbolisant l’esprit d’ouverture et de coopération », explique la Banque centrale européenne sur son site web. Selon elle, « les ponts représentés au verso symbolisent le lien qui unit non seulement les peuples européens entre eux, mais aussi l’Europe avec le reste du monde ».