Rupture conventionnelle

Créée en 2008 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la rupture conventionnelle permet à un employeur et à un salarié en contrat à durée indéterminée (CDI) de mettre fin d’un commun accord au contrat de travail qui les lie. C’est une possibilité alternative au licenciement, décidé par l’employeur, et à la démission, décidée par le salarié. Les deux parties signent une convention de rupture, validée par la Direccte, un service de l’État sous tutelle des ministères du Travail et de l’Économie. Cette convention fixe la date de fin de contrat et le montant de l’indemnité de rupture, qui ne peut être inférieur à celui de l’indemnité légale de licenciement. Le salarié peut ensuite bénéficier d’allocations chômage. Les ordonnances réformant le Code du travail, entrées en vigueur en septembre 2017, ont ouvert la possibilité de conclure depuis le 1er janvier 2018 des ruptures conventionnelles collectives. Dans ce cadre, l’employeur a l’initiative de l’accord collectif, sans avoir à justifier d’un motif économique. Il négocie ensuite avec les syndicats ou représentants de salariés le nombre de départs et les mesures d’accompagnement.

À voir aussi : Indemnités prud’homales, Taux de chômage

Autres Définitions

Banque mondiale

La Banque mondiale a pour objectif de « mettre fin à l’extrême pauvreté » et de « promouvoir une prospérité partagée de façon durable ». Elle est composée de deux institutions : l’Association internationale de développement (IDA) qui aide les pays les plus pauvres et la Banque internationale pour la …

Lire la suite

Obsolescence programmée

Adoptée en 2015, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte définit l’obsolescence programmée comme l’ensemble des techniques par lesquelles un fabricant « vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement ». L’obsolescence programmée est depuis considérée comme …

Lire la suite

Assemblée générale

L’assemblée générale (AG) désigne la réunion des actionnaires ou des associés avec les dirigeants d’une entreprise. Il existe deux types d’AG : ordinaire (AGO) ou extraordinaire (AGE). Les dirigeants convoquent une AGO au minimum une fois par an et dans les six mois suivant la clôture des comptes de l’entreprise. …

Lire la suite

Chaque semaine, Brief.eco explique et met en perspective l’actualité économique.