La valeur de la monnaie

L’euro s’affaiblit par rapport au dollar depuis le début de l’année et son cours s’approchait début mai de la parité. La valeur d’une monnaie, qui peut évoluer sur décision d’un État ou fluctuer librement sur le marché des changes, dépend principalement de la stabilité économique du pays ou de la zone considérée.

L’actu

Le cours de l’euro face au dollar enregistre une baisse importante depuis un an : de 1 euro valant 1,20 dollar environ en mai 2021, il est passé à 1 euro pour 1,06 dollar ce mercredi matin. Ce taux de change se rapproche progressivement de la parité (un euro valant un dollar), un cours qui n’a pas été atteint depuis fin 2002.

Certains experts estiment que cette évolution s’explique par le contexte actuel de crises (pandémie de Covid-19, guerre en Ukraine, inflation) qui pousse les investisseurs à privilégier le dollar, monnaie « refuge », historiquement plus forte que l’euro. « Il y a un mouvement général d’aversion au risque », a ainsi déclaré Kathy Lien, de la société de gestion d’actifs BK Asset Management, à l’AFP fin avril.

La dépréciation de l’euro face au dollar « devrait permettre de soutenir les exportations, mais aussi d’améliorer la compétitivité des produits nationaux vis-à-vis des produits importés », a jugé l’économiste Marc Touati dans une tribune publiée dans Capital vendredi dernier. « En revanche, compte tenu de la forte inflation actuelle, ces avantages risquent de fondre comme neige au soleil », signalait-il.

Clin d’œil
L’éclairage
Le marché des changes

La valeur d’une monnaie évolue en fonction de l’offre et de la demande sur le marché des changes. Ce marché mondial et décentralisé est appelé Forex, pour Foreign Exchange. Les investisseurs qui y sont présents sont les banques centrales, les banques commerciales, les fonds d’investissement, les entreprises et les institutions internationales comme le FMI, un organisme international chargé de venir en aide aux pays en difficulté financière. L’achat de monnaies étrangères a plusieurs finalités : permettre l’achat de biens et services, effectuer des placements financiers, constituer une réserve de valeur ou spéculer. Les transactions s’effectuent au comptant, c’est-à-dire au prix actuel du marché, ou à terme. Dans ce cas, un investisseur propose d’acheter une quantité prédéterminée d’une certaine devise à une date et à un montant prédéfinis à un autre investisseur, en échange d’une autre devise. L’investisseur qui a correctement anticipé la variation du taux de change entre ces monnaies réalise une plus-value.

Les taux de change

Le taux de change définit la valeur à laquelle s’échange une monnaie contre une autre. Chaque pays (ou zone monétaire pour l’euro) décide de son propre régime de change, qui peut être fixe ou flottant. Lorsque le régime est fixe (par exemple en Arabie saoudite ou dans de nombreux pays d’Afrique), la banque centrale est tenue d’agir pour que le cours de la monnaie reste compris dans une marge de fluctuation donnée par rapport à une devise de référence, généralement le dollar ou l’euro. Une banque centrale peut ainsi acheter des devises ou vendre celles qu’elle détient dans ses réserves de change afin de rectifier le taux de change. Un régime flottant, l’option retenue par les grandes puissances économiques depuis 1971 et la fin des accords de Bretton Woods, consiste à laisser évoluer librement le taux de change sur le marché.

1,60
dollar pour un euro

Le 15 juillet 2008, l’euro a atteint un plus haut historique face au dollar : 1 euro s’échangeait ce jour-là pour un peu plus de 1,60 dollar, un niveau jamais atteint depuis. La monnaie américaine était alors fortement affectée par la crise des « subprimes » qui avait débuté l’année précédente aux États-Unis. La valeur de l’euro chutera cependant trois mois plus tard, en octobre 2008, lorsque les effets de la crise financière américaine commenceront à se faire sentir en Europe.

Les raisons des fluctuations

Sur le marché des changes, « les monnaies nationales sont évaluées en raison du degré de confiance qu’elles inspirent aux opérateurs financiers, degré de confiance estimé en fonction de la capacité présumée des autorités monétaires des nations à honorer leurs dettes publiques et privées », explique l’économiste Bruno Théret dans un article de 2008. De manière générale, lorsque la situation économique d’un pays se dégrade, les investisseurs veulent se dessaisir de sa monnaie et sa valeur se dégrade : il s’agit d’une dépréciation. Ce mécanisme se distingue de la dévaluation, qui est, dans un régime de taux de change fixe, une décision des États pour accepter une baisse de valeur de la monnaie, le plus souvent pour accroître la compétitivité de leurs exportations. En 2013, les pays membres du G20, qui rassemble les 20 principales puissances économiques de la planète, se sont engagés à s’abstenir de mener des « dévaluations compétitives ».

Les conséquences d’une dépréciation

La dépréciation d’une monnaie fait baisser les prix des exportations d’un pays. Selon l’effet dit de la « courbe en J » [voir un graphique], les recettes des exportateurs baissent dans un premier temps en raison de la baisse des prix (effet prix), mais dans un deuxième temps, ils se rattrapent sur les volumes vendus (effet volume). Ce mécanisme bénéficie surtout au « secteur industriel », pointe l’économiste Martin Anota dans un article publié en 2018 dans Alternatives économiques. « La dépréciation pénalise à l’inverse les secteurs non exportateurs », qui voient leurs coûts de production augmenter lorsqu’ils importent des biens. Le renchérissement des importations a aussi pour conséquence d’alimenter l’inflation, affectant le pouvoir d’achat des ménages.

Pour aller plus loin
LES TAUX DE CHANGE EN BURGERS

Selon la théorie de la parité de pouvoir d’achat (PPA), le prix d’un produit devrait être le même dans tous les pays du monde. S’il ne l’est pas, c’est que l’une des monnaies est surévaluée ou sous-évaluée par rapport à l’autre. Une vidéo très didactique des Échos explique en quoi consiste l’indice Big Mac, élaboré par le magazine The Economist, qui permet de mesurer la PPA, et analyse le fonctionnement des taux de change.

kickerVoir la vidéo.
CRISE DE CHANGE

Un pays connaissant une dépréciation brutale de la valeur de sa monnaie fait face à ce qu’on appelle une crise de change. Dans une vidéo mise en ligne en 2015, la chaîne YouTube Dessine-moi l’éco explique les conséquences de cette situation et ce qu’un État peut faire pour en sortir.

kickerVoir la vidéo.

Autres articles

Les domaines skiables

Saisi par des exploitants de domaines skiables, le Conseil d’État a confirmé vendredi dernier la fermeture des remontées mécaniques. En France, cette activité est un service public régulièrement confié à des opérateurs privés. Lire la suite

La fiscalité internationale des entreprises

Les États-Unis et le Fonds monétaire international se sont prononcés la semaine dernière en faveur d’un taux d’impôt minimum mondial sur les sociétés. Certaines multinationales, en particulier dans le domaine du numérique, transfèrent une partie de leurs profits dans des pays à la fiscalité avantageuse, créant une compétition entre ces … Lire la suite

Le modèle économique allemand

Des élections législatives ont été organisées dimanche en Allemagne. Les résultats serrés ouvrent la voie à des négociations à l’issue desquelles un nouveau chancelier sera élu, en remplacement d’Angela Merkel. Il prendra la tête de la première économie européenne, dont le modèle économique présente des caractéristiques uniques. Lire la suite

Chaque semaine, Brief.eco explique et met en perspective l’actualité économique.