Les diplômes des jeunes en emploi

En 2018, 1,8 million de « jeunes sortants d’études » étaient en emploi, représentant 6,9 % de l’ensemble des personnes en emploi, selon une étude publiée la semaine dernière par la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail. Les « jeunes sortants d’étude » sont des personnes de moins de 35 ans, ayant terminé leurs études depuis un à quatre ans, hors apprentis.

Les « jeunes sortants d’études » en emploi sont de plus en plus diplômés : en 2018, 4 % n’avaient aucun diplôme, contre 10 % en 2007. Sur cette même période, la proportion des diplômés de l’enseignement supérieur a augmenté, principalement en raison d’une forte hausse des titulaires d’un bac +5 ou plus, dont la part a quasiment doublé.

Les jeunes ayant terminé leurs études sans aucun diplôme sont surtout embauchés à des postes de caissier, d’animateur socioculturel, d’ouvrier non qualifié de la manutention et de la mécanique (métallier, serrurier, etc.) et dans l’hôtellerie-restauration. La Dares note que pour eux, la situation a peu évolué depuis 10 ans. En revanche, elle écrit que dans de nombreux autres métiers, « le niveau d’études auquel les jeunes sont principalement recrutés est relevé », ce qui est « le reflet de l’élévation générale du niveau de diplôme et de la démocratisation croissante de l’enseignement supérieur ».

Autres articles

« Baisse record » des émissions de CO2

Les émissions mondiales de CO2 devraient diminuer d’environ 2,4 milliards de tonnes en 2020, soit une « baisse record » de 7 %, selon une étude publiée la semaine dernière [PDF] par le Global Carbon Project (GCP), un projet de recherche international. « Cette diminution, liée aux mesures de confinement … Lire la suite

Apple vaut plus de 2 000 milliards de dollars

Apple est devenu mercredi dernier la première entreprise américaine à atteindre une capitalisation boursière de 2 000 milliards de dollars (plus de 1 690 milliards d’euros). Ce seuil avait déjà été dépassé en décembre par la compagnie pétrolière publique saoudienne Saudi Aramco. La capitalisation boursière d’une entreprise est l’évaluation, à … Lire la suite

L’impact de la pandémie sur la croissance

Le Fonds monétaire international (FMI) s’attend à un recul du PIB mondial (la production totale de biens et de services) de 4,9 % en 2020, selon des prévisions publiées la semaine dernière. Cet organisme chargé de garantir la stabilité financière mondiale estime que la pandémie de Covid-19 a eu « … Lire la suite

Chaque semaine, Brief.eco explique et met en perspective l’actualité économique.