Les exportations et importations de déchets dans l’UE

Les pays de l’Union européenne ont exporté 32,7 millions de tonnes de déchets en 2020, soit une hausse de 75 % par rapport à 2004, selon une étude publiée mardi dernier par l’institut européen de statistiques Eurostat. La Turquie en était la principale destination en 2020. Parmi les déchets exportés, plus de la moitié étaient du fer et de l’acier. On trouve également du papier, du carton et du plastique. « Ce sont souvent des déchets de basse qualité, dont le recyclage demande beaucoup de main d’œuvre et offre peu de valeur ajoutée », expliquait en 2019 au JDD Thibault Turchet, responsable des affaires juridiques de Zero Waste France, une association de protection de l’environnement.

Une loi du 15 juillet 1975 en France définit un déchet comme « tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit, ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que le détenteur destine à l’abandon ». Depuis le 1er janvier 2021, les pays de l’UE ne peuvent plus exporter leurs déchets plastiques impropres au recyclage dans les pays extérieurs à l’OCDE, qui réunit 37 pays parmi les plus développés du monde, dont la Turquie. À partir de 2018, la Chine a interdit progressivement les importations de déchets sur son territoire. Depuis le 1er janvier 2021, cette interdiction s’applique à tous les types de déchets.

Les importations de déchets dans l’UE ont diminué de 10 % depuis 2004. Elles représentaient 16 millions de tonnes en 2020. Le fer, l’acier, le papier, le carton et le bois étaient les principaux déchets importés dans l’UE en 2020. Les entreprises importent des déchets s’ils peuvent être valorisés (réutilisés ou recyclés), par exemple pour produire des emballages à partir de cartons déjà utilisés. « Le coût de valorisation diminue avec l’avancée technologique », avance dans un article publié en 2018 l’économiste française Eugénie Joltreau. Un pays peut aussi importer certains types de déchets s’il est spécialisé dans leur traitement et peut en tirer profit, explique-t-elle.

Autres articles

« Baisse record » des émissions de CO2

Les émissions mondiales de CO2 devraient diminuer d’environ 2,4 milliards de tonnes en 2020, soit une « baisse record » de 7 %, selon une étude publiée la semaine dernière [PDF] par le Global Carbon Project (GCP), un projet de recherche international. « Cette diminution, liée aux mesures de confinement … Lire la suite

Apple vaut plus de 2 000 milliards de dollars

Apple est devenu mercredi dernier la première entreprise américaine à atteindre une capitalisation boursière de 2 000 milliards de dollars (plus de 1 690 milliards d’euros). Ce seuil avait déjà été dépassé en décembre par la compagnie pétrolière publique saoudienne Saudi Aramco. La capitalisation boursière d’une entreprise est l’évaluation, à … Lire la suite

L’impact de la pandémie sur la croissance

Le Fonds monétaire international (FMI) s’attend à un recul du PIB mondial (la production totale de biens et de services) de 4,9 % en 2020, selon des prévisions publiées la semaine dernière. Cet organisme chargé de garantir la stabilité financière mondiale estime que la pandémie de Covid-19 a eu « … Lire la suite

Chaque semaine, Brief.eco explique et met en perspective l’actualité économique.