Rachat d’actions

Pourquoi on en parle. Iliad, la maison mère de l’opérateur de télécommunications français Free, a annoncé mardi un projet d’offre publique de rachat d’actions d’un montant maximum de 1,4 milliard d’euros portant sur plus de 11,6 millions d’actions, soit 19,7 % du capital.

En quoi ça consiste. Le rachat d’actions consiste pour une entreprise à racheter une partie de ses titres. Si l’entreprise est cotée en bourse, elle peut racheter ses actions directement sur le marché boursier ou auprès de ses actionnaires à un cours supérieur à celui du marché, pour les inciter à vendre leurs titres. Une fois rachetées, les actions sont généralement annulées comptablement. Elles peuvent cependant être conservées par l’entreprise pour être revendues plus tard ou attribuées aux salariés dans le cadre de plans de participation ou de stock-options. Un rachat d’actions à des effets inverses à ceux d’une augmentation de capital. Il a pour conséquence d’augmenter la part du capital détenue par chaque actionnaire, car le nombre total d’actions diminue, et d’augmenter le bénéfice par action, un indicateur très suivi par les investisseurs. Ce changement peut rendre l’action plus attractive et avoir pour effet d’en augmenter la valeur. Pour mener à bien un rachat d’actions, une entreprise utilise sa trésorerie, diminuant ainsi ses possibilités d’investissement. Cette opération est le plus souvent pratiquée par des sociétés ayant des liquidités excédentaires par rapport à leurs besoins. Le rachat d’actions doit être approuvé par les actionnaires et, pour les sociétés cotées en bourse, par l’Autorité des marchés financiers, un organisme public indépendant.

Autres articles

Revenu de solidarité active

POURQUOI ON EN PARLE.  
Les bénéficiaires du RSA et des allocations logement bénéficieront d’une aide exceptionnelle avant la fin de l’année « de 150 euros plus 100 euros par enfant, la même chose que ce qu’on a fait au printemps », a annoncé mercredi dernier Emmanuel Macron lors d’une interview télévisée. « Je préfère …
Lire la suite

Recapitalisation

POURQUOI ON EN PARLE.  
« L’État a souscrit ce jour à une augmentation de capital de la société nationale SNCF à hauteur de 4,05 milliards d’euros », a annoncé mardi le ministère de l’Économie [PDF]. Dans une interview au Figaro en juillet dernier, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, avait précisé que « …
Lire la suite

Prêt garanti par l’État

Pourquoi on en parle. Les banques françaises proposent depuis mercredi dernier aux entreprises de bénéficier de prêts garantis par l’État, annoncés le 16 mars par Emmanuel Macron. À travers ce dispositif, l’État pourra garantir jusqu’à 300 milliards d’euros de prêts, soit l’équivalent de 15 % du produit … Lire la suite

Chaque semaine, Brief.eco explique et met en perspective l’actualité économique.